16. Victor Hugo

16. Victor Hugo

1. Biographie 

Victor Hugo naît à Besançon en 1802. Hugo est le fils d’un officier de l’empire. 

Il fait ses études à Paris, où il prépare l’école Polytechnique, mais il préfère se tourner vers la littérature et, en 1819, il fonde une revue Le Conservateur Littéraire.

Il se marie avec Adèle Foucher et, en 1824, naît Léopoldine qui mourra à dix-neuf ans et qu’il évoquera dans le célèbre poème Demain, dès l’aube
Il prend position contre le classiques dans la Préface de son drame Cromwell et ses idées triomphent dans Hernani.

Dans les années qui suivent, Hugo écrit avec acharnement mais sa vie est marquées par des drames, la rupture de son mariage et la perte de sa fille Léopoldine.

Dans un premier temps, Hugo soutient la candidature de Louis Napoléon à la présidence mais bientôt il l’attaque au nom de la liberté.

Dans le cours de l’exile il écrit les recueils de poèmes Les Contemplations et La Légende des siècles et son célèbre roman Les Misérables. Il meurt le 1er Janvier 1885.

L’œuvre de Victor Hugo comprend tous le genres: poesie, roman, théâtre. 
Les idées de l’auteur sont dominées par la haine des injustices, de l’oppression et par la volonté de défense des faibles, des pauvres, des déshérités. 

Il manifeste aussi une certaine foi dans le progrès qui viendra de la bonté et de la pitié des hommes.

À la tête du romantisme, il présent dans la lutte politique et sociale de son temps et guidant les hommes vers le progrès spirituel et social, un génie aux multiples facettes capable d’écrire dans tous les genres, dans tous les tonset, de tous les thèmes, des plus futiles aux plus engagés. Victor Hugoest l’écrivain qui a dominé le XIXème siècle pour sa longue vie et pour sa fécondité littéraire.

Son idée d’un poète est d’un homme engagé au service du peuple, un chef des nations, un prophète de l’avenir parce que Dieu parle à travers lui.

Hugo mort le 22 mai 1885 à Paris.

2. La pensée de Victor Hugo

L’œuvre de Victor Hugo peut être considérée comme le point de départ du romantisme français même s’il est difficile de classer et de schématiser son œuvre dans des courants ou des styles définis. 

Par rapport au romantismeHugo se détache de cette mélancolie et de cette solitude typiques de ce courant de pensée. Même dans les tristes événements, Victor Hugo parvient à saisir le côté grotesque et ironique et c’est précisément cela qui rend son œuvre si polyvalente.

Victor Hugo était très actif dans les domaines politique et social et avec ses œuvres, il décrit son temps en utilisant la satire et la déclamation rhétorique.

Hugo œuvre dans de nombreux domaines: 

  • contre la pauvreté;
  • contre la peine de mort et la condition d’infériorité des femmes;
  • contre le travail des enfants et en faveur du suffrage universel, de la liberté de la presse et d’une école libre et laïque. 

Toutes ces batailles font partie de la raison qui lui a coûté le très long exil de France. Sa seule erreur a été de prédire qu’il en serait autrement à l’avenir.

À partir de 1849, Hugo prend la décision de répartir ses œuvres à parts égales entre la religion, la philosophie et la politique. La pensée de Victor Hugo est extrêmement critique de l’époque dans laquelle il vit et avec son attitude réformiste il voudrait changer la société.

Hugo a une opinion très précise sur la pensée de beaucoup, à l’égard de laquelle il est un abolitionniste convaincu.

Une question très chère à l’auteur concerne les droits civiques des prostituées exploitées, des femmes contraintes à faire ce travail en raison de l’extrême pauvreté. Fantine, personnage clé de “Les Misérables“, incarne “l’esclave de la société” typique, contrainte à la prostitution pour nourrir sa fille. 

Il y a aussi place pour la défense des prostituées courtisanes, qui doivent être à l’abri des attaques bien-pensantes.

Du point de vue de la religion, Hugo se définissait comme catholique, respectueux de l’institution ecclésiale. 

Plus tard, il a commencé à se définir comme un catholique non pratiquant, exprimant des opinions anticléricales et anticatholiques. Il s’intéresse aussi au spiritisme, allant même jusqu’à faire des séances. 

Dans la dernière phase de sa vie, il est arrivé à une croyance déisme rationaliste similaire à celle de Voltaire.

3. Les principales œuvres de Victor Hugo 

Lucrèce Borgia (théâtre)

Lucrèce Borgia, un drame en prose en trois actes, écrit par Victor Hugo en seulement trois semaines en juillet 1832, puis mis en musique par Gaetano Donizetti pour l’opéra du même nom. 

Comme le titre l’indique, la pièce est vaguement basée sur la vie pécheresse de Lucrèce Borgia, fille illégitime du pape Alexandre VI (Rodrigo Borgia) et sœur de Cesare Borgia, connu sous le nom de “Valentino”, le “prince” ambitieux et cruel qui avait cherché conquérir toute l’Italie. 

Les histoires de la relation incestueuse entre père et fille, et entre sœur et frères sont indissolubles de l’image de linceziosi Borgia et le mythe de Lucrèce elle-même, une femme pécheresse, cruelle et provocatrice. 

La réalité historique, cependant, nous amène à penser que Lucrezia Borgia, comme beaucoup de ses contemporains, a en fait été victime de ses propres origines, ainsi qu’utilisée par son père pour créer des alliances politiques avantageuses avec diverses familles importantes qui pourraient fortifier la papauté.

Lucrezia a épousé pour la première fois Giovanni Sforza, un mariage bientôt annulé en raison d’une nouvelle union, celle avec Alphonse d’Aragon, utile pour créer une alliance forte avec le royaume de Naples, étant donné qu’Alphonse était le fils illégitime d’Alphonse II, roi de Naples. 

Lorsque l’alliance avec Naples devient inconfortable pour le pape, désormais beaucoup plus intéressé par l’alliance avec les Français, Cesare Borgia fait rapidement assassiner le mari numéro deux de sa sœur, et Lucrezia est bientôt prête pour un autre mariage. 

Le dernier mariage, avec Alphonse d’Este, fils du duc de Ferrare, Ercole d’Este, est celui qui restera dans l’histoire. À la cour d’Este, Lucrezia assume des rôles politiques importants et devient une patronne accueillant et soutenant des personnalités du calibre de Pietro Bembo et Ludovico Ariosto.

Mais revenons à Victor Hugo et à la Comédie française. Le drame d’Hugo semble d’abord promouvoir la figure traditionnelle de Lucrèce Borgia, une femme débauchée et une cruelle femme fatale empoisonneuse. Mais comme l’enseignent bien d’autres œuvres de Victor Hugo, l’un des premiers à s’en prendre publiquement à la peine de mort, l’humanité se cache aussi au fond du cœur d’un monstre et, à l’inverse, un monstre peut très bien se cacher au cœur de tout homme. 

La Lucrèce Borgia d’Hugo est donc aussi une femme simple en proie à des sentiments incontrôlables. En particulier, dans cette pièce, Lucrezia se redécouvre en tant que mère et succombe à l’amour maternel. Le drame commence par un bal masqué à Venise. Lucrezia, au péril de sa vie, se rend à la Sérénissime pour avoir l’opportunité de voir son fils illégitime Gennaro qu’elle avait été forcée de quitter alors qu’elle était encore en bas âge. 

Élevé par une famille de pêcheurs des Pouilles, Gennaro se découvre de mystérieuses origines nobles grâce aux lettres anonymes de sa mère. 

Le jeune homme est désormais un brave chevalier à l’âme douce, guidé par un grand sens de la justice. Et c’est précisément cette morale profonde qui lui fait haïr et mépriser le nom du Borgia dissolu et cruel. 

Au début du drame, la vue du fils endormi donne immédiatement naissance à une mère. Une perle se cache au fond du cœur d’un monstre. 

Dans cet article je ne veux pas dévoiler trop d’aspects liés à l’intrigue, puisqu’il sera possible de visionner la version intégrale du drame pendant sept jours à partir du 23 mai en cliquant ici, mais je voudrais plutôt commenter quelques choix convaincants du réalisateur Denis Podalydès. 

Tout d’abord, beaucoup seront surpris de découvrir que, dans cette production, Lucrèce Borgia est jouée par l’acteur français Guillaume Gallienne, tandis que le rôle de Gennaro est confié à l’actrice Suliane Brahim. 

Le renversement du féminin et du masculin ajoute de nouvelles ambiguïtés à la série d’énigmes qui caractérisent l’intrigue elle-même, même si la prestation des deux protagonistes est irréprochable – tous deux crédibles dans leurs rôles respectifs. Après tout, dans une récente interview, Gallienne s’est amusée à se remémorer comment Podalydès lui avait avoué: “J’ai toujours pensé qu’il y avait une femme enfermée en toi“. 

Même si le jeu de rôle n’est pas nouveau dans le monde théâtral – rappelez-vous simplement, par exemple, que dans Shakespeare tous les rôles féminins étaient joués par des hommes ou des enfants – cela reste un choix audacieux pour la réinterprétation contemporaine d’un drame du XIXème siècle. 

Dans le cas de Lucrèce Borgia, ce choix rend certaines blagues encore plus efficaces, comme le “vous n’êtes pas une femme“, une phrase destinée à l’origine à souligner la cruauté de Lucrèce et son manque de l’humanité, qui prend ici une valeur plus large, et certainement ironique, dramatiquement parlant, aux yeux du public. 

Mais la Lucrèce Borgia d‘Hugo n’est pas dépeinte, de manière réductrice, seulement en bourreau, mais aussi et surtout en vainqueur. 

Victime de son temps, de sa famille, de son éducation, de son statut social et des préjugés. Le jeu des masques – un thème clé évident de la pièce – est ici émietté par la force du sentiment maternel qui conduira la protagoniste à se débarrasser de tout masque et à révéler sa véritable identité à son fils (et sa vraie nature au public). Ici Borgia, bien que coupable de brutalité, reste humaine, trop humaine.

Les Misérables (roman)

Les Misérables, l’une de ses œuvres les plus célèbres, en 1862.

Le roman, qui obtint immédiatement un énorme succès, devint rapidement l’une des œuvres littéraires les plus célèbres du XIXe siècle, remaniée dans de nombreuses versions cinématographiques et télévisuelles.

Le roman suit les aventures d’une série de personnages qui, par naissance ou par malheur, font partie de cette classe sociale misérable et opprimée qui peuplait la France, et notamment les contraintes de la capitale parisienne dans les premières décennies du XIXème siècle: ” les misérables“, justement. 

La fresque sociale d’Hugo, déjà présente dans Notre-Dame de Paris (1831), rejoint le cadre historique de la France de l’époque: le récit couvre une période allant de 1815 à 1833: ainsi, à côté des histoires personnelles des personnages, qui se caractérisent par une profonde réflexion éthique et morale, Hugo érige l’Histoire en protagoniste incontesté de son livre. 

Les grands événements qui secouent la France après la Révolution française croisent les histoires personnelles de Jean Valjean, Javert et Colette: de la bataille de Waterloo (18 juin 1815) à l’instauration de la Monarchie de Juillet, jusqu’aux émeutes de 1832.

L’œuvre véritablement monumentale est divisée en cinq volumes (Fantine, Cosette, Marius, L’Idylle de la rue Plumet et l’Épopée de la rue Saint-Denis, Jean Valjean).

Notre-Dame de Paris (roman)

Notre-Dame de Paris est un roman publié en 1831. L’histoire racontée se déroule en 1482 et met en scène Quasimodo, le bossu clocher de la célèbre cathédrale parisienne, la belle gitane Esmeralda et le diabolique archidiacre Frollo. 

La cathédrale Notre-Dame, chef-d’œuvre de l’art gothique, est la scène principale des événements, que l’auteur peint avec une richesse de descriptions et de digressions (historiques, philosophiques et politiques) mais aussi entourant les deux d’une aura lyrique et romantique. personnages principaux et leur histoire tragique.

Le succès du roman à l’époque fut énorme, consacrant Hugo comme l’un des plus grands écrivains romantiques du XIXe siècle (après les pièces de Cromwell en 1827 et Hernani en 1830) et s’imposant dans l’imaginaire collectif pour la reconstruction monumentale de Paris (comme il le sera plus tard pour le Paris du début du XIXème siècle de Les Misérables) et sa cathédrale.

Notre-Dame de Paris est un roman historique dans lequel la plume d‘Hugo rassemble un vaste éventail d’intérêts historiques, littéraires, architecturaux, culturels, philosophiques et politiques ; celles-ci vont de l’intérêt pour le Moyen Âge et l’art gothique de la part du romantisme et de Hugo lui-même 2 à la réflexion morale sur le destin 3 et sur l’évolution des mœurs par le biais de la littérature et de l’architecture, en passant par le problème politique de la justice humaine, qui fait souvent rage sur les faibles (comme Esmeralda) ou est basée sur des préjugés envers les marginalisés (comme Quasimodo) ou les minorités sociales. 

Si ces thèmes font l’objet de longues et très fréquentes digressions de l’auteur – selon ce qui deviendra plus tard son code stylistique – Hugo donne tout de même aux événements décrits un fort développement narratif, qui entraîne les protagonistes dans un véritable tourbillon d’événements.

Les personnages se distinguent ainsi selon un contraste précis: d’un côté, les positifs (mais voués à la souffrance et à la défaite, comme Esmeralda et Quasimodo; de l’autre, les méchants et les négatifs, comme Frollo et Phoebus).

Poésie

Les œuvres plus importantes liées à la poésie sont:

Les Odes (1822), Odes et ballades (1826) et Les Orientales (1829): ce sont de belles lignes soignées et pleines d’exotisme.

Les Feuilles d’automne (1831) racontent son enfance, sa famille et l’histoire de son temps.

Les Chants du crépuscule (1835) racontent la crise de sa foi religieuse, de la monarchie et du bonheur conjugal.

Les Voix intérieures (1837) et Les Rayons et les Ombres (1840) racontent que le poète est la seule figure qui voit et comprend l’Histoire, la Nature et l’Homme et est donc investi d’une responsabilité sociale.

Les Châtiments (1853): grande œuvre satirique de 6000 vers animée par un désir de vengeance. Il choisit l’exil en Angleterre après le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte et y écrit l’ouvrage dénonçant le régime autoritaire sur un ton ironique. Il part des ténèbres, pour arriver à un monde meilleur.

Les Contemplations (1856): c’est le recueil le plus célèbre du poète et il raconte le plus grand drame de sa vie, à savoir la mort de sa fille Léopold qui se noie avec son mari lors d’une promenade en bateau. Avec cette œuvre, il tente de trouver un sens à sa vie scindée en deux moments: avant et après la mort de sa fille. Et l’ouvrage aussi divisé en deux sections: Autrefois et Aujourd’hui. 

Il définit lui-même l’œuvre comme une autobiographie poétique.

La Légende des siècles (1859 – 1883): c’est l’épopée de l’humanité. Ce n’est pas un seul et long conte narratif, mais il est divisé selon les histoires. Ensemble, toutes les histoires donnent une idée du progrès de l’humanité. On retrouve aussi le merveilleux et le surnaturel, non seulement des métaphores, mais la partie cachée. L’univers est plein d’âmes et l’invisible se manifeste.

Accedi

[mepr-login-form use_redirect="true"]

Registrati

Accedi o Registrati

Il Manuale di Sopravvivenza alla Maturità 2024

Sta per arrivare il manuale che ha aiutato decine di migliaia di maturandi.

Iscriviti alla lista d’attesa per sapere quando sarà disponibile.