1. Le XXéme siécle – Le contexte historique

1. Le XXéme siécle – Le contexte historique

1. Transgressions et engagement

L’esprit du siècle: du point de vue politique

Du point de vue politique, le XXème siècle marque le déclin de la puissance française dans le monde. Deux guerres ont profondément bouleversé le pays même si la France signe du côté des vainqueurs. La guerre de ‘14-’18 a été une hécatombe humaine sans précédent; la défaite de 1940 a été brutale. 

En 1945, la France disparaît derrière ses alliés. À peine se remet-elle de ses blessures qu’elle doit affronter le problème de la décolonisation. La France était en effet à la tête d’un vaste empire colonial au début du siècle.

En 1962 le processus d’indépendance des colonies est douloureusement achevé. La France a retrouvé les limites de l’hexagone (sans compter quelques territoires dispersés dans le monde). 

Dès lors, son horizon est celui de l’Europe qu’il faut construire. 

L’esprit du siècle: du point de vue économique et social

Du point de vue économique et social, comme pour tous les pays occidentaux, le XXème siècle apporte une amélioration considérable des conditions de vie. 

On vit mieux, on possède plus, on consomme plus, on se distrait plus, on va en vacances (c’est en 1936 qu’apparaissent les premiers congés payés). Tout ce qui fait notre vie quotidienne est né progressivement tout au long du siècle passé. 

L’esprit du siècle: du point de vue culturel

Du point de vue culturel, le manque de recul rend difficile un jugement d’ensemble sur les courants artistiques et littéraires destinés à durer. De prime abord, ce siècle est d’une richesse inouïe. Paris est un centre culturel extraordinaire où convergent les artistes du monde entier. Déchiré par deux guerres mondiales, le siècle oscille sans arrêt entre l’enthousiasme et l’angoisse, entre le dégoût et la révolte, entre l’isolement et l’engagement, entre le besoin de vivre et la conscience tragique de la fin.

Des doctrines apparaissent: surréalisme, existentialisme, théorie du nouveau roman, structuralisme; la création pourtant déborde de toutes parts les cadres trop étroits des écoles. Le XXème siècle donne une impression de foisonnement extraordinaire. Farouchement novateur, le XXème siècle démystifie tout, renie toutes les formes traditionnelles pour créer du jamais vu. 

C’est le siècle des transgressions, des explorations audacieuses. L’art va si vite que le public ne suit pas toujours, et se reporte sur les valeurs sûres d’autrefois. Pourtant le XXème siècle est fascinant.

La Grande Guerre

Le 3 août 1914, c’est le choc: l’Allemagne déclare la guerre à la France.

En fait, la guerre a commencé quelques semaines plus tôt, loin de la France, en Europe de l’est. En Autriche-Hongrie, l’héritier du trône est assassiné par un Bosniaque d’origine serbe. L’Autriche-Hongrie déclare alors la guerre à la Serbie. 

À partir de là, la Russie prend la défense de la Serbie et l’Allemagne, celle de l’Autriche-Hongrie. L’Allemagne déclare alors la guerre à la Russie puis à la France, son alliée.

Entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle, les pays européens sont devenus extrêmement puissants. Ils se sont beaucoup enrichis grâce à l’industrie et possèdent des territoires dans le monde entier. C’est pourquoi, à ce moment-là, ils sont rivaux.

Au début, l’Allemagne forme avec l’Autriche-Hongrie et l’Italie la Triple-Alliance. 
La France, le Royaume-Uni et la Russie s’organisent dans la Triple-Entente.

Les combats commencent en Europe. En France, ils ont lieu dans la zone entre la France et l’Allemagne. Peu à peu, de nouveaux fronts s’ouvrent ailleurs dans le monde.

Cette guerre est dite mondiale car c’est la première fois que des pays de tous les continents sont impliqués. En effet, très vite, de nouveaux pays viennent renforcer les alliances: l’Empire ottoman (l’actuelle Turquie) se met à soutenir l’Allemagne, tandis que l’Italie change de camp et vient se battre aux côtés de la France. 

De nombreux pays en Afrique et en Asie se mêlent aussi au conflit. Enfin, les Etats-Unis entrent en guerre avec la France dès 1917.

Cette guerre est avant tout une guerre de tranchées. Pendant un très long moment, ni les Allemands ni les Français n’ont réussi à avancer. Durant 4 années, les soldats sont contraints de rester confinés dans les tranchées sur le front. 

Ils vivent, dorment et mangent dans la boue, le froid et parfois, au milieu des rats. Ils s’abritent ou attendent de se battre contre les ennemis, comme en 1916, lors de la bataille de Verdun, très longue et difficile.

Finalement, la France gagne la guerre, en partie grâce à l’intervention des Etats-Unis. Mais le nombre de tués a été considérable: 1,5 million en France et 10 millions dans le monde.

La Deuxième Guerre Mondiale

Hitler, en provoquant la guerre, misait sur une guerre rapide. Pourtant, la seconde guerre mondiale va durer près de 6 ans.

Jusqu’en 1942, les puissances de l’axe sont victorieuses et remportent victoire sur victoire. C’est l’efficacité de la guerre éclair (la «Blitzkrieg») qui permet à l’armée allemande de progresser très rapidement dans ses conquêtes. En moins d’un mois, la Pologne capitule (septembre 1939). Elle ne peut résister à cette invasion surprise. 

De la même façon, la France capitulera rapidement. Si dans un premier temps, elle préfère se dissimuler à l’abri de la ligne Maginot (on parle de la «drôle de guerre»), l’armée française ne résiste pas face à l’attaque allemande du 10 mai 1940. 

C’est la débâcle. Les soldats sont faits prisonniers ou bien s’échappent vers la Grande-Bretagne. L’armistice français est signé le 22 juin 1940 par le maréchal Pétain. La France est coupée en deux: le nord soumis à l’autorité allemande et le sud soumise à celle de Pétain. La Grande-Bretagne se retrouve donc seule et résiste tant bien que mal aux attaques allemandes. Grâce à l’endurance de sa population et l’invention du radar, le pays résiste aux attaques aériennes incessantes. 

Hitler décide alors de couper la Grande-Bretagne de son empire colonial. 

Le front se déplace progressivement vers la méditerranée. Alors que l’Allemagne et l’URSS ont signé le pacte germano-soviétique en 1939, stipulant un renoncement au conflit entre les deux pays, l’opération Barberousse est lancée le 22 juin 1941. 

Sur un front de 1 800 km, l’armée allemande fait reculer l’armée rouge. Si l’ouest du pays est conquis, l’offensive est freinée devant Moscou et Leningrad. C’est la fin de la guerre éclair et le début d’une guerre d’usure entre l’Allemagne et l’URSS.  L’année 1942 marque un tournant dans cette guerre. 

La guerre est devenue mondiale. En effet, le 7 décembre 1941, les États Unis sont attaqués par surprise par le Japon à Pearl Harbor. Ils entrent alors en guerre aux côtés des Alliés. 

L’année 1942 est également marquée par le débarquement en Afrique du nord, le 8 novembre 1942. De nombreuses victoires alliées sont remportées, comme par exemple à El Alamein, en Égypte. Le général anglais Montgomery contraint les Italiens et les Allemands à une retraite de 1 200 km. En représailles, Hitler envahit la totalité de la France. C’est la fin de la zone libre française. Tout le territoire français est occupé par l’Allemagne. 

Sur le front est, l’armée allemande tente une offensive vers la Volga et atteint ainsi Stalingrad. Mais la ville résiste farouchement et ce sont les allemands qui capitulent finalement le 2 février 1943. C’est leur première grosse défaite depuis le début de la guerre.

Sur le front est, c’est la défaite allemande. De l’été 1943 au printemps 1944, le territoire russe est libéré. La Pologne, la Roumanie, et la Bulgarie sont libérées. Ces pays sont immédiatement occupés par les Soviétiques. 

Sur le front ouest, les Alliés ont pénétré en Sicile. L’Italie signe l’armistice le 3 septembre 1943 même si les opérations continuent. Le 4 juin 1944, Rome est prise. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les alliés débarquent en Normandie. 

Peu à peu, ils progressent à travers la France, aidés par la Résistance française qui entrave l’avancée des renforts allemands. Paris est libéré le 25 août 1944. En mars 1945, les Alliés franchissent le Rhin. 

L’Allemagne est envahie, à l’ouest, par les alliés et à l’est par l’URSS. Les soviétiques investissent d’ailleurs Berlin le 19 avril 1945. 

À la suite du suicide d’Hitler, la capitulation sans condition est signée le 8 mai 1945. C’est la fin de la Seconde Guerre Mondiale, qui laisse le monde face à un lourd bilan matériel et humain.

Les Avant-Gardes

Le mot “Avant-garde” désigne un mouvement, un individu, une œuvre “qui joue ou prétend jouer un rôle de précurseur”. C’est bien là ce qui a caractérisé de nombreux artistes et écrivains à l’époque de la Première Guerre mondiale – pour atteindre une expression artistique tournée vers le futur, il s’agit d’abolir tout ce qui reste du passé: la tradition, l’imitation de la nature, les règles de grammaire, la métrique.

On ne peut pas tant parler de mouvement que d’une tendance qui, comme telle, s’est évanouie en peu de temps.

Le dadaïsme 

Le dadaïsme est né en réponse aux folies de la guerre, à la violence des hommes transformés en assassins brutaux en opposant un art qui célèbre au contraire la violence de la folie et va à l’encontre de toute valeur esthétique, éthique ou morale qu’une œuvre peut prendre en s’inspirant de les caractères de l’ironie, de l’aléatoire et l’utilisation de matériaux trouvés par hasard pour achever une œuvre qui n’a pas de sens précis mais qui sert surtout à soulager les hommes de cet état de malaise causé par les horreurs de la guerre.

Même le nom dadaïsme est construit selon un non-sens, en fait le mot Dada a été choisi en feuilletant au hasard le vocabulaire et dans les diverses langues il peut prendre des sens différents.

La vision décadente du monde

Le terme décadence est né à la fin des années 1800, avec un sens négatif, pour désigner les poètes qui s’opposaient à la mentalité bourgeoise de l’époque en affichant des attitudes bohémiennes. 

Les principaux représentants de ce courant étaient Verlaine, Rimbaud et Mallarmé, qui s’inspiraient du modèle du poète maudit de Baudelaire et s’identifient au climat de lassitude et de décadence répandu dans la culture de l’époque, le même climat qui s’était répandu dans tout l’Empire romain. à la fin de son déclin et qui avait ainsi donné son nom au mouvement.

Cependant, parfois le décadentisme ne désigne pas seulement ce courant répandu à la fin du XIXème siècle en France, mais toute la culture européenne de la fin du siècle, à d’autres moments qualifiée de symbolisme.

Les décadents rejettent complètement la vision positiviste qui imprègne la culture bourgeoise de l’époque. Alors que selon la culture officielle la science garantissait une connaissance objective et complète de la réalité, les décadents croient que ce n’est pas vrai: l’essence de la réalité est au-delà des choses, elle est mystérieuse et énigmatique, et pour cette raison elle ne peut être apprise de la raison. 

Tous les aspects de l’être sont alors liés par des correspondances cachées, qui ne peuvent être saisies que dans un état d’irrationalité. 

L’union entre l’individuel et le tout ne se produit que dans l’inconscient, dont la découverte est l’un des fondements du courant. Les outils pour accéder à l’irrationnel sont la maladie, la folie, les rêves, les cauchemars. Rimbaud écrit qu’il a sombré dans la débauche, donc dans la perte des sens, justement pour devenir voyant et donc poète. 

Les épiphanies, c’est-à-dire un état dans lequel l’un quelconque est chargé d’une intensité mystérieuse, étaient très fréquentes chez ces poètes.

La poétique

Pour le décadent, l’art, entendu comme poésie, musique, peinture, est très proche de la connaissance de ce monde. Les artistes sont des voyants, parce qu’ils regardent là où l’homme du commun ne voit rien. 

Ce «culte de l’art», c’est l’esthétisme: un esthète est celui qui vit sa vie en la réglant non pas sur des principes moraux, mais sur la beauté: l’art et la vie se confondent. Les esthètes les plus importants sont Walter Pater, Oscar Wilde, Gabriele D’Annunzio. Ces artistes ne donnent pas de finalités sociales, morales ou politiques à leur art, mais ils célèbrent l’art lui-même. 

La parole n’est plus nécessaire pour communiquer un message: les images sont vagues et indéfinies, la parole révèle l’inconnu, la poésie devient suggestion irrationnelle. Tout cela est aussi la conséquence du fait que les artistes veulent s’éloigner du public bourgeois et de masse et tentent ainsi de sauver l’art véritable. 

Il existe diverses techniques utilisées pour obtenir ce type de poésie : la musicalité, les mots valent comme pure phonicité, la musique est le suprême des arts étant le plus indéfini ; ambiguïté syntaxique et lexicale, les mots prennent des sens autres que les sens usuels; le langage analogique, c’est-à-dire à travers des métaphores non traditionnelles, mais qui relient les correspondances secrètes, à travers les symboles, allusifs et polysémiques, c’est-à-dire qui ont diverses significations et à travers la synesthésie, qui relie différents sens.

Accedi

[mepr-login-form use_redirect="true"]

Registrati

Accedi o Registrati

Il Manuale di Sopravvivenza alla Maturità 2024

Sta per arrivare il manuale che ha aiutato decine di migliaia di maturandi.

Iscriviti alla lista d’attesa per sapere quando sarà disponibile.